Magazine

Innovation

Les étoiles de l’Observeur du Design Un design qui brille par sa présence

par Anne-Marie Fèvre

À ceux qui répètent en boucle que « tout était mieux avant », la Cité oppose son optimisme sans faille et sa foi dans le futur. Loin de la nostalgie et du repli, son programme fait la part belle à l’innovation et à ceux qui l’incarnent. À découvrir ici les objets pensés par les designers et récompensés par les Étoiles de l’Observeur du Design mais aussi, concrètement, comment l’innovation impacte les entreprises. Enfin, n’ayons pas peur du numérique et du digital ! « For a Better World », c’est ce que nous promet la 5e Journée de la Femme Digitale, ouverte à tous le 9 mars, à la Cité bien sûr !

Séchoir, poubelle, poêle à frire... L’Observeur, prix national de design organisé par l’APCI (Association pour la Promotion et la Création Industrielle), récompense depuis 1999 des réalisations du quotidien, innovantes, célébrant la relation entre créateurs et entreprises. La 18e édition 2017, dévoilée à la Cité de la Mode et du Design, qui en est partenaire, le 16 décembre dernier, a retenu 137 labels parmi lesquels 31 « étoilés ». Une vitrine pédagogique, qui a d’abord été exposée au VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement) cet hiver, et qui sera présentée à Saint-Étienne au printemps. Un design bien observé.

Tel un inventaire à la Prévert, la sélection étoilée de l’Observeur du Design offre une balade éclectique dans notre vie quotidienne, en mutation permanente. On passe ainsi d’une girouette signalétique animée à une cale à dresser auto-ajustable ! C’est ce marabout « sans queue ni tête » qui charme dans cet étal d’innovations made in France.

Au rayon de la séduction, « Airwood », panneau technologique à géométrie variable, met le bois de l’entreprise ARCA en mouvement, se gonfle, comme un mur qui « respire », artistiquement. Les vêtements « Wire Overshirt » et « Flow Tunic » ne respirent pas mais ils produisent de l’énergie, grâce à des cellules solaires photovoltaïques de troisième génération (design percept). Ils sont connectés et nomades comme le « Technicolor Portable Home », routeur relié à Internet dans des zones mal desservies.

Les produits malins ne sont pas les plus frimeurs. Mais la multi-prise déportée « Duatwo » (Watt&Co et Hugues Touzot) ou le plateau de service pour MacDo, une demi-lune qui abolit la frontière sur la table (5,5 Studio), jouent avec des petits riens vraiment astucieux. Et si on ne décoffre pas des dalles de béton tous les jours, l’outil « Nanovib » paraît bienvenu s’il réduit la pénibilité du travail (Fiskars France SAS).

Toute une petite batterie de cuisine est aussi déployée : de « Maminicuisine » totalement équipée, compacte comme un beau buffet (Felix Hegenbart SARL et Charlotte Raynaud Hegenbart) à la poêle « My cooking Guide » avec capteur de température (Seb/Tefal et Normal Studio). La santé est devenue un champ décisif d’inventions, en témoigne « Softil Easyguide » un dispositif médical pour injections, esthétique comme une petite broche. Le design ne se réduit plus aujourd’hui à un monde d’objets beaux ou fonctionnels, il s’exprime dans des espaces architecturaux, des services, le collaboratif ou des applications éco-citoyennes. Mais n’oublions pas le drone « Disco » (Parrot) pour s’envoler un peu au-dessus de notre monde incertain et terre à terre, ou pour le (sur)veiller.

OBSERVEUR DU DESIGN exposition itinérante, Biennale internationale de design de Saint-Étienne, du 9 mars au 9 avril 2017